• Louise Malé-Mole
    Transformer la matière existant : Concevoir avec un déchet plastique

Mémoires

Développement d’un village agrotouristique durable à Hội An

Perspective d’ensemble du cœur de l’éco-village. Son Cao, 2019

Hai Son Cao dépose son mémoire Un village agrotouristique durable. Étude sur des enjeux de développement et de design à Trà Quê (Vietnam)

« La présente étude cherche à proposer un projet de design visant le développement durable pour un village maraîcher périurbain de la ville de Hội An, au centre du Vietnam. Hội An, une ville de 95 000 habitants, est reconnue par son quartier ancien du 16e siècle, un patrimoine culturel et architectural de l’UNESCO. Elle se trouve parmi les destinations touristiques les plus célèbres du pays. Depuis le début des années 2000, la charge touristique au quartier ancien étant évaluée trop grande, la ville a développé de nouvelles formes touristiques en périphérie, dont les visites et séjours à la ferme à Trà Quế – un village maraîcher. De plus, depuis quelques années, à cause du tourisme de masse, les maisons d’hôte et les restaurants se sont multipliés dans le village. Les flux de capital et de touristes modulent la production de tourisme et transforment la production agricole au village.

L’objectif de mon étude est double : i) comprendre les tensions entre les acteurs locaux et les enjeux causés par ces processus de développement liés au tourisme dans ce village; et ii) proposer un projet de design visant des modèles de développement plus durables et plus équitables. L’étude se déroule en trois étapes : i) la collecte de données inclut un travail de terrain pendant lequel j’ai mené les entrevues et les observations participantes; ii) l’analyse de données collectées et l’étude de cas permettent de m’informer sur la situation de développement et de définir des stratégies d’intervention dans le projet de design; et iii) la conception d’un projet de design.

Le travail de terrain a permis de noter des mécontentements importants chez les habitants à l’égard de la répartition inégale des revenus générés par le tourisme et de leur implication limitée dans l’industrie touristique. La présence des investissements dans l’immobilier entraîne une forte hausse des prix fonciers, causant des incertitudes. De plus, les villageois se soucient de la perte de leur métier dans le futur et de l’impact des activités touristiques sur la qualité de l’environnement. Nous proposons ainsi la création d’un éco-village qui permettrait d’orienter la production agricole vers les produits biologiques et d’encourager l’implication des agriculteurs dans le développement des activités touristiques. Ainsi, la valorisation du métier pourrait encourager des jeunes villageois à continuer le travail d’agriculteur. Les résultats de cette recherche pourraient enrichir les connaissances sur la transformation des villages ruraux et touristiques dans la région du sud-est asiatique. Cette recherche pourrait aussi informer les urbanistes et architectes oeuvrant en développement local et en design de l’environnement, afin de réduire les impacts négatifs de la croissance rapide urbaine et touristique. »

Maquette de travail – version 2. Projet de Cœur de l’éco-village. Son Cao, 2019
Place des Agriculteurs. Son Cao, 2019

Susan Sadraee dépose son mémoire sur le design for disassembly

Vue isométrique éclatée du système de partition du Mountain Equipment Coop (MEC) par Susan Sadraee

Susan Sadraee examine l’application de l’approche Design for disassembly (DfD) dans la conception des bâtiments dans son mémoire déposé en janvier 2020. Cette étude s’intéresse à l’application du DfD dans la conception des bâtiments et ses potentiels pour la réutilisation et le recyclage des matériaux en vue de réduire la quantité des déchets de construction.

«Différents aspects [du design for disassembly] seront étudiés afin d’explorer les possibilités qu’elle offre pour conserver les matériaux et composantes d’un bâtiment, faciliter leur réutilisation et recyclage, et diminuer la quantité de déchets de construction. Cette étude analyse les méthodes actuelles de gestion des déchets dans l’industrie de la construction, identifie les écarts existants, et propose des mesures que les designers peuvent intégrer dans la conception de leurs projets.

Afin de faciliter la réutilisation et le recyclage des matériaux et composantes d’un bâtiment, design for disassembly offre des stratégies pour éviter la démolition. Nous aborderons comment DfD peut éviter la démolition, conserver les matériaux et diminuer la quantité de déchets en intégrant des mesures de flexibilité et d’adaptabilité dans la configuration des systèmes.

Actuellement, les méthodes de conception conventionnelles, le manque de motivations économiques pour la réutilisation et le recyclage des matériaux, ainsi que l’absence de cadre standard pour DfD constituent les obstacles à la mise en œuvre de cette approche comme méthode dans la conception des bâtiments. Malgré de nombreuses barrières, les designers peuvent identifier les limitations à la réutilisation et au recyclage des matériaux issus des activités de construction, de rénovation ainsi que de démolition, et les prendre en considération dans la conception de leurs projets afin de contribuer ainsi à la transition vers une économie circulaire dans l’industrie de construction.

La revue de littérature de gestion des déchets de construction au Québec, une revue d’une série d’exemples, et une étude de cas nous permettront d’identifier le potentiel pour l’intervention des designers afin de mettre en œuvre l’approche design for disassembly, d’optimiser l’utilisation des ressources et de réduire la quantité des déchets dans l’industrie de construction.»


Schémas et figures des systèmes d’assemblage du bâtiment Mountain Equipment (MEC) de Montréal conçus par Susan Sadraee (2019).

Pier-Luc Lussier dépose son mémoire sur les cerf-volants

Pier-Luc Lussier a déposé son mémoire en janvier 2020 intitulé Pratique et pragmatisme en design : Le projet d’un cerf-volant.

«La construction de cerfs-volants a servi de point d’ancrage à ce mémoire de recherche-création dont l’objectif est de mettre en lumière la nature de la relation entre recherche et projet en design. Dans une perspective pragmatiste, le travail d’expérimentation en maquettes et la consolidation des connaissances historiques et techniques permettent d’en arriver à la proposition innovante d’un cerf-volant en tenségrité.»

  • Dessins techniques de planches de présentation : vue en plan, vue de face.

Robin Cagnon-Carbonne dépose son mémoire sur le design communautaire

Les différentes ères de l’urbain

Robin Cagnon-Carbonne a déposé son mémoire en octobre 2019 intitulé Un service public de centre de design communautaire pour une ville durable à Montréal.

«Ce mémoire étudie le design communautaire depuis son origine jusqu’aux initiatives citoyennes présentes à Montréal aujourd’hui. Cette recherche permet de comprendre pourquoi et comment les citoyens ont contribué à la mise en pratique de leur participation dans la construction de l’espace urbain actuel. Afin de comprendre ces développements, nous parcourons l’historique des pratiques urbaines des années 1950-1960. Nous mettons en parallèle le développement des pratiques participatives montréalaises et états-uniennes.

À travers plusieurs analyses d’initiatives, cette recherche fait un état des lieux des dif- férentes approches dans la pratique du design communautaire. Nous différencions les pratiques binaires dans lequelles le professionnel est présent et la pratique unaire au- tonome, où l’usage participe seul à l’élaboration de son espace.

L’analyse de divers organismes et des initiatives citoyennes permet de reconsidérer l’encadrement de la participation à Montréal. Nous relèverons les défauts des pra- tiques d’urbanisme alternatif présentes dans la ville et nous dresserons un état des lieux des recommandations en matière d’encadrement de la participation dans de la pratique pour un développement urbain durable futur. Nous concluons en développant une nouvelle approche de design communautaire, plus égalitaire et qui prend en considérations toutes les parties prenantes de la construction de l’urbain Montréalais. Notre recherche débouche sur une recommandation et une proposition de structure montréalaise de design communautaire. »

  • Réformes politiques et initiatives citoyennes états-uniens et montréalais d’après urbanisme rationaliste

Marion Gosselin dépose son mémoire sur les nomades de Slab City

Habiter le mouvement : spatialité et territorialité des nouveaux nomades à Slab City, en Californie par Marion Gosselin

Félicitations à Marion Gosselin qui a déposé son mémoire Habiter le mouvement : spatialité et territorialité des nouveaux nomades à Slab City, en Californie.

Pour sa recherche-création, Marion s’est rendu à Slab City dans le cadre du voyage d’études City is where we park et a réalisé une série d’entrevue en plus d’une cartographie du lieu. Voici quelques extraits de ce qui compose la partie création de son mémoire.

Ses entrevues sont accessibles aux membres de la communauté UQAM. Pour accéder à une entrevue, cliquer sur l’image.

Chloë Augat dépose son mémoire sur le « design activism »

Félicitations à Chloë Augat qui a déposé son mémoire de recherche intitulé Design Activism as Activism : un débat dans le champ du design contemporain.

« Ce mémoire de recherche identifie et illustre une vision du phénomène du design activism tel qu’il se manifeste dans le champ de la recherche en design. Le premier chapitre s’applique à en dresser un portrait au travers de définitions, de concepts, d’artefacts, mais également d’auteurs et d’évènements références. Le deuxième chapitre explore la question de l’autonomie relative du design activism par rapport à un activisme politique plus conventionnel. Le troisième chapitre révèle que cet affranchissement témoigne de paradoxes ontologiques forts pour le design lui-même et sa constitution théorique. Le quatrième chapitre explore la question du design activism à travers le prisme de la notion de radicalité, un nœud conceptuel qui amène à se pencher sur les enjeux et les limites de la professionnalisation. Le dernier chapitre qui conclut ce mémoire soulève trois questions relatives à l’innovation, à la paternité des productions et à l’institutionnalisation, des questionnements susceptibles d’éclairer les manques dans la recherche actuelle et de redonner au design activism une direction politique nécessaire. »

Marine Fayollas dépose son mémoire sur le détail en architecture

Félicitations Marine Fayollas qui a déposé son mémoire de recherche-création intitulé Le détail incarné : exploration par la définiion et les modes de représentation le 4 février 2019. Voici quelques images de son exploration et un résumé de son projet.

Ce mémoire propose de développer par le raisonnement, d’explorer et de révéler une dimension incarnée du détail architectural.

Le détail architectural semble être capable de provoquer un ressenti particulier au sein de la perception architecturale. Cette hypothèse, issue d’expériences personnelles et alimentée par les écrits de Peter Zumthor, a motivé l’entreprise de ce mémoire-création visant à étudier la question du détail en considérant son interaction avec le corps de l’usager dans son expérience spatiale.

Cette intention de recherche se heurte à une absence de définition unanime du détail architectural, menant à une confusion de signification dans le champ théorique comme dans la pratique, notamment dans la distinction entre détail constructif et détail architectural. Après avoir étudié la double nature du détail, entre conception et construction, entre idée et matière, et statué sur deux catégories de détails à étudier (le joint et le détail d’usage) la transposition du sujet dans le champ de l’expérience multi-sensorielle – principalement basée sur les écrits de Juhani Palasmaa a permis de proposer une vision « incarnée » du détail architectural.

Cette approche permet d’intégrer, à travers les questions du corps de l’usager et de sa perception sensorielle, une étude phénoménologique dans un champ dominé par l’analyse conceptuelle, constructive et tectonique. Le détail est considéré comme le lieu privilégié du sens du toucher et de l’expression de la matérialité. Il devient, dans le prisme de la perception progressive, le point par lequel l’atmosphère s’ancre dans une réalité matérielle et s’adresse directement au corps de l’usager.

Dans le but de révéler la dimension incarnée du détail architectural et de l’ancrer dans un contexte concret, ce développement est mené parallèlement à une ana- lyse de cas réalisée grâce à une exploration des modes de représentation du détail. L’enjeu de cette exploration est de communiquer les deux sens du terme “incarné” : l’interaction du détail avec les sens de l’usager, et sa capacité d’évocation de phénomènes plus larges.

École de design

Reconnue pour son dynamisme, la qualité de son enseignement, son engagement dans la communauté et l’excellence de ses projets de recherche-création, l’École de design assure un encadrement exceptionnel pour les études de 2e cycle.

Suivez-nous

Coordonnées

Université du Québec à Montréal
École de design
1440 rue Sanguinet
Montréal (Québec) H2X 3X9