• Margot Bardeau
    Constitution de trames vertes et bleues au moyen de l'acuponcture urbaine

Étudiants – 2016

Madina Yasmine Adjibade

Mutations architecturales et quête de développement en milieu rural burkinabè : appuyer l’évolution pertinente des cultures constructives locales pour la conception d’un habitat catalyseur de durabilité
dir. Anne-Marie Broudehoux

Le modèle d’habitat traditionnel en terre caractéristique du paysage rural de Tenkodogo au Burkina Faso, disparait depuis peu et de façon marquée au profit de maisons cubiques en ciment et coiffées de tôle ondulée. Malgré leur coût élevé, leur manque de confort thermique et le danger sanitaire que représentent certains des matériaux dont celles-ci sont constituées, elles apparaissent comme le symbole d’une architecture permanente en rupture avec l’habitat vernaculaire jugé éphémère, obsolète et socialement dégradant.

Parallèlement au foisonnement de ces nouvelles constructions, une autre réponse architecturale aux bouleversements socio-économiques et climatiques du milieu rural est observée : les logements expérimentaux développés par Francis Kéré, architecte engagé. Produit des cultures constructives locales et de techniques contemporaines internationales, ce prototype d’habitat hybride promet respect de l’environnement, accessibilité financière, valorisation de la culture régionale et autonomisation des communautés rurales. Mais en dépit des solutions pertinentes proposées par ce modèle, sa rareté sur le terrain une décennie après son apparition témoigne de sa difficulté d’appropriation par les villageois et donc de la nécessité de le perfectionner.

Face aux circonstances, ce mémoire se veut une réflexion sur l’essor d’une nouvelle architecture vernaculaire burkinabè au service de populations rurales vulnérables, d’un environnement menacé et d’une culture en déperdition.

http://www.archipel.uqam.ca/9225/

Margot Bardeau

Constitution de trames vertes et bleues à l’échelle métropolitaine au moyen de l’acuponcture urbaine : le cas de Montréal
dir. Thomas-Bernard Kenniff, codir. Carole Lévesque

Les réchauffements climatiques nous obligent à amorcer une modification radicale de nos habitudes de vie dans un délai très limité. Ces modifications passent nécessairement par des changements de conception à toutes les échelles et une évolution de notre mode d’habiter dans le sens de la durabilité. Deux modèles largement admis pour l’amélioration des villes sont ceux des ceintures vertes et des trames vertes et bleues. Si leur utilité n’est plus remise en question, il en demeure que leur application reste complexe et trop peu souvent exécutée. Pourtant, ces deux modèles permettent de conjuguer ville, nature et agriculture, ce qui pourrait, si mis en place, limiter les exodes compensatoires actuels des citadins vers la campagne. De tels aménagements pourraient améliorer l’activité et l’attractivité des villes et limiter l’étalement urbain aussi bien que la double propriété.

Catalyseur d’actions citoyennes et communautaires, l’acuponcture urbaine pourrait peut-être être un moyen par lequel construire ces trames vertes et bleues, assurant la participation des citadins et mettant à profit tous les espaces de la ville, tant privés que publics, dans la connexion d’un réseau vert et bleu. Inscrit sur l’île de Montréal et s’appuyant sur le trajet potentiel d’une traversée cyclable entre les rives nord et sud de la zone métropolitaine, le projet cherche à explorer comment l’action locale pourrait, à la fois, répondre à des besoins d’une communauté, connecter des espaces verts et bleus existants et participer à la mise en place de corridors naturels métropolitains.

Catherine Breton-Potvin

Le mobilier intégré comme dispositif architectural : stratégies d’aménagements
dir. Carlo Carbone

Jean-Baptiste Bouillant

Événement et construction durable : les actions temporaires participatives et constructives comme outil pour faire la ville
dir. Carole Lévesque

Cette recherche vient souligner le rôle grandissant de l’événement dans la planification de la ville et révéler son potentiel social et environnemental dans l’optique d’un développement durable de la ville. Nous nous sommes penchés sur une typologie d’événements qui semble capable de construire des rapports urbains et humains plus stables : Les actions temporaires participatives et constructives. En nous basant sur des entrevues et notre immersion dans l’association Bellastock Québec, nous avons élaboré huit caractéristiques propres aux actions temporaires et expérimenté leur mise en pratique sur le terrain de l’arrondissement du Sud-Ouest de Montréal. Ce travail fait état des démarches utilisées pour redonner aux usagers leur pouvoir d’action sur l’espace urbain et révéler leur fragilité face à un processus de construction urbaine, complexe et intimidant. Trois grands moyens ont été révélés : l’enracinement, la permanence et la diversité des événements. Ils nous permettent d’établir l’importance de l’évolution des rôles de chaque acteur de la ville : les praticiens, les élus et surtout les usagers.

http://www.archipel.uqam.ca/8404/

Mélissa Cavanna

La densité réciproque : la vecindad renouvelée
dir. Patrick Evans, codir. Carole Lévesque

La densification de l’espace est présentée de toutes parts comme une nécessité, voire un progrès limitant les coûts, l’impact écologique et créant du lien social, notamment. Cependant, la densification rencontre plusieurs obstacles, le premier étant les connotations négatives associées au fait même de densifier. Une difficulté majeure associée à ces connotations est que la densification de l’habitat est pensée comme un élément indépendant, sans considérer l’aménagement d’un quartier, causant de fortes ségrégations sociales et spatiales. Serait-il envisageable de repenser l’espace intérieur compact des logements en lien avec l’aménagement de la ville pour compenser l’espace intérieur restreint, envisageant de cette manière un aménagement plus viable, vivable et équitable ?

L’enjeu premier de cette recherche-conception implique la compréhension de la densité à l’échelle urbaine et à l’échelle architecturale pour les mettre en lien. L’intention de la densité réciproque est de proposer un aménagement extérieur pouvant compenser l’espace intérieur limité suivant une règle de propotions relatives.

L’exploration s’intéresse au contexte de la ville de Mexico, plus particulièrement à Portales Sur dans l’arrondissement Benito Juarez et à la densification à partir du type de la hacienda traditionnelle.

Amélie Charbonneau

Concevoir et produire dans un contexte local : projet de revalorisation de frênes contaminés par l’agrile en partenariat avec la Maison du développement durable et l’entreprise d’insertion sociale les Ateliers d’Antoine
dir. Maurice Cloutier, codir. Carole Lévesque

Dans le cadre de son projet final, Amélie Charbonneau s’est intéressée aux enjeux qui caractérisent la contamination généralisée par l’agrile du frêne avec l’intention de contribuer à enrichir les perspectives pour les communautés et les administrations publiques soucieuses d’optimiser cette ressource rendue disponible par l’abattage obligatoire.

Dans ce contexte, un tabouret empilable réalisé à quatre exemplaires et une version allongée formant un banc ont été conçus pour l’Atrium de la Maison du développement durable en considérant les caractéristiques structurales spécifiques à cette essence de bois et en optimisant sa fabrication avec des composantes d’une largeur minimale permettant à la fois de disposer des petits troncs d’arbres, de maximiser l’usage des plus gros et d’obtenir la légèreté visuelle et pondérale recherchée. Ces deux premières pièces de mobilier s’inscrivent dans une démarche plus globale visant à constituer un répertoire de produits, dont la forme reste à déterminer, destiné aux communautés intéressées par la revalorisation du frêne contaminé.

Selon les préoccupations exprimées par Amélie Charbonneau, ce projet a permis d’expérimenter une approche collaborative de travail en joignant à ce partenariat établi entre l’École de design et la Maison du développement durable, les Ateliers d’Antoine, une entreprise d’insertion sociale située dans le quartier Hochelage-Maisonneuve dont le mandat est de former des jeunes aux métiers de l’ébénisterie. Gautier Leclerc, chargé de projet et son équipe ont contribué à la fabrication de prototypes et à la réalisation des pièces finies.

http://lamdd.org/actu/2016/nouveaux-bancs-qui-conjuguent-design-revalorisation-insertion

Raphaëlle Dionne-Cormier

Paysage du jeu : expérimentations et réinterprétations des règles du jeu urbain
dir. Carole Lévesque

Ce mémoire propose de considérer une nouvelle paysagéité se surimposant à la ville en des opportunités différentes d’en profiter. Sous la terminologie paysage du jeu, nous en construisons l’identité à travers l’étude d’actions urbaines que l’on qualifie d’interventions, qui sont à la fois temporaires et expérimentatives. Relevant de problématiques urbaines, le paysage du jeu prend forme comme condition paysagère. Cette dernière est activée par les potentialités interstitielles de la ville, saisies par une pensée relative au jeu. Vecteur de changements, le paysage du jeu crée des situations et permet les dérives. Il catalyse la rencontre, défie la structure législative rigoureuse de la ville. Il s’apparente à l’activisme en militant pour des façons autres d’occuper la trame urbaine. Ce pourquoi il opère où il y a brèche, se faufilant dans les failles et les interstices du système. Il ne doit pas être confondu avec les terrains de jeux – des espaces circonscrits et normalisés – et il vit en dehors de toute festivalisation. Il sous-tend l’adoption de deux différentes postures : la tactique et le détournement. Le terme posture est compris comme une attitude ou une position. Contre les stratèges municipaux, il relève de la tactique. Turbulent, il bifurque et dérape du plan initial en des détournements inattendus.

http://www.archipel.uqam.ca/9101/

Mohamed Ali Khiri

Le ruisseau St-Pierre : vecteur d’un nouvel usage de l’eau à Montréal
dir. Börkur Bergmann, codir. Carole Lévesque

L’objectif du projet est d’investiguer de nouvelles stratégies de gestion de l’eau en intervenant sur l’infrastructure de la ville. Cette intervention vise à révéler de nouveaux potentiels d’usages de l’eau qui sont actuellement inhibés par une infrastructure qui s’inscrit surtout dans une logique utilitaire et économique. L’étude du ruisseau St-Pierre nous permet de constater que tout en étant relié à l’infrastructure de la ville, sa réhabilitation soulève aussi des enjeux culturels et écologiques.

Elisabeth Lapointe

Ligne alimentaire : promotion des aliments sains et de proximité
dir. Börkur Bergmann, codir. Carole Lévesque

Le projet s’intéresse à la distribution alimentaire de la ville de Joliette. Cette ville, de moyenne taille, est entourée de plusieurs zones agricoles. Pourtant dans Joliette comme dans d’autres villes comparables au Québec, aucune réelle ressource n’est mise en place afin de favoriser l’achat local d’aliments sains. Considérant que la proximité, la distribution et les pertes alimentaires sont entre autres liées à l’aménagement du territoire et à l’économie globale, en quoi la promotion des produits locaux permet d’envisager une alimentation qui contribue à l’essor d’une culture locale et à une alimentation saine ?

Aude Rolland de Ravel

Conception d’un dispositif capable de générer, multiplier et intensifier les effets lumineux captés à travers une fenêtre modeste d’un triplex montréalais
dir. Carlo Carbone

Le travail à la rencontre le l’objet de design et la transformation d’une unité de logement modeste pour augmenter la qualité des espaces, a fait une démonstration éloquente du potentiel du programme à relever des défis particuliers au design de l’environnement.

Sophie Privé

La mobilité durable dans l’espace périurbain et rural québécois : scénarios prospectifs
dir. Réjean Legault

Ce mémoire a pour objectif de proposer une vision d’un futur qui nous semble souhaitable pour la mobilité dans l’espace périurbain et rural québécois. Cette proposition, qui est fondée à la fois sur l’analyse de pratiques existantes et sur l’étude de terrain, prend la forme d’un scénario prospectif pour un service public d’accès à la mobilité durable. Pour élaborer notre scénario, nous avons dans un premier temps étudié le concept de la mobilité durable et le système de transport actuel. Par la suite, nous avons observé les modes de transport alternatif à la voiture individuelle afin d’identifier les stratégies innovantes qui pourraient contribuer à la mobilité durable dans les espaces périurbains et ruraux québécois. Nous souhaitions comprendre le fonctionnement de ces modes alternatifs que sont l’auto-partage, le covoiturage et le transport à la demande, en regardant de plus près quelques exemples de services qui se sont développés au Québec, en Europe et aux États-Unis et qui connaissent un certain succès. Pour faire nos observations, nous avons fait un découpage des étapes du processus d’usage de ces services. Les étapes de l’usage sont la réservation ou l’abonnement (qui inclut la recherche d’information), l’utilisation et enfin la transaction (paiement, facturation). Cette étude de pratiques existantes nous a permis de faire ressortir les éléments stratégiques dans le développement de pistes de solutions pour la transition vers des vies mobiles plus durables. Ceci nous amène à notre question de recherche, à savoir : comment les modes de transport alternatif à la voiture individuelle peuvent-ils contribuer à faire évoluer le système de transport actuel vers la mobilité durable, dans l’espace périurbain et rural québécois? Pour construire notre scénario, nous nous sommes appuyés dans un deuxième temps sur une étude de terrain réalisée dans trois municipalités représentatives de l’espace périurbain et rural. Ces municipalités, qui présentent des contextes très différents, sont situées à proximité de trois importants centres urbains du Québec. Ce sont ces trois études de cas qui servent de base concrète pour l’élaboration de notre scénario de service public d’accès à la mobilité durable. Ce mémoire en design de l’environnement participe d’une démarche de design durable qui met de l’avant l’emploi de la méthode d’élaboration de scénarios. Le scénario, de par son caractère projectuel, constitue une façon privilégiée pour éclairer la prise de décision et/ou illustrer la faisabilité de solutions potentielles. Nous sommes évidemment conscientes que notre proposition présente des limites et que son caractère exploratoire ne nous permet pas de faire des recommandations techniques précises. Mais notre recherche permet néanmoins de poser un regard critique sur le système de transport actuel, et de proposer des pistes de solution situées dans le champ des possibles. Elle vise aussi, modestement, à alimenter la discussion sur le transport durable, et encourager la poursuite de recherches pouvant mener à la formulation d’un service opérationnel.

http://www.archipel.uqam.ca/8744/

Audry Sanschagrin

La question des déchets dans les communautées inuites du Nord-du-Québec
dir. Patrick Evans, codir. Réjean Legault

Cette étude se penche sur le problème de l’accumulation des déchets au sein des communautés inuites du Nord-du-Québec. En vue de proposer des pistes de solutions à cet enjeu environnemental, le travail cherche à démontrer que cette accumulation peut être limitée par la réintégration du déchet dans le cycle de vie des produits et par l’élaboration d’infrastructures et de services adaptés aux communautés nordiques. La présente étude propose d’abord un regard rétrospectif sur l’histoire des Inuits, l’histoire des déchets, et celle du rapport des communautés nordiques avec ceux-ci. Il se poursuit avec une réflexion critique sur la conception moderne du déchet à la lumière des concepts de reste, d’abandon volontaire et d’abandon involontaire. Fondé sur les observations réalisées lors d’une étude de terrain, le chapitre suivant propose une analyse des pratiques au village de Kuujjuaq selon trois échelles distinctes : l’échelle domestique, l’échelle communautaire et l’échelle territoriale. S’ensuit une étude de précédents qui permet d’analyser différents projets pouvant servir de référence et d’inspiration pour la formulation des propositions. Synthèse de la réflexion critique, de l’analyse des pratiques et de l’étude de précédents, le dernier chapitre propose des pistes de solutions qui visent à donner une place plus importante aux restes dans la communauté afin d’encourager la revalorisation et la réutilisation de ces derniers. Le but ultime de ce travail est de contribuer à une réflexion sur les possibles façons de réduire l’impact environnemental des déchets tout en cherchant à améliorer la qualité de vie de ces communautés.

http://www.archipel.uqam.ca/8737/

Valérie Wagner

Biographie non-autorisée de la chaise Solair
dir. Anne-Marie Broudehoux

Les histoires qui entourent les objets influencent le regard que nous portons sur ces derniers. Certaines vont même jusqu’à voiler le sens premier de l’objet lui-même. Ces histoires racontent aussi la manière dont nous envisageons notre environnement construit et ne sont rien de moins que des constructions sociales. Bien que le nom « chaise Solair » soit étranger pour plusieurs, son image suscite souvent de vives réactions; elle évoque des souvenirs ou nous projette dans un univers à la mode. Cet objet commun et n’ayant qu’une valeur d’usage et d’échange se pare d’une valeur symbolique au début des années 2000. En utilisant l’approche biographique de l’objet, ce mémoire retrace, dans un premier temps, l’histoire du produit, de chaise de motel à icône du design, pour décrire le phénomène de redécouverte. Dans un deuxième temps, l’interprétation des images de la mise en scène imaginaire et commerciale de la chaise Solair permet de constater les valeurs qu’elle porte aujourd’hui.

http://www.archipel.uqam.ca/8414/

École de design

Reconnue pour son dynamisme, la qualité de son enseignement, son engagement dans la communauté et l’excellence de ses projets de recherche-création, l’École de design assure un encadrement exceptionnel pour les études de 2e cycle.

Suivez-nous

Coordonnées

Université du Québec à Montréal
École de design
1440 rue Sanguinet
Montréal (Québec) H2X 3X9