• Audry Sanschagrin
    La question des déchets dans les communautés inuites du Nord-du-Québec

Étudiants – 2015

Roderic Archambeault-Lavigne
Polychronie publique
dir. Sinisha Brdar, codir. Carole Lévesque

Projet de conception d’un espace public malléable, pour vivre à son rythme les temps de la ville.

Proposition d’un espace public malléable afin d’y chorégraphier une programmation élastique, mobile et temporaire.
Appliqué à l’espace public de la station de métro Mont-Royal, ce lieu de socialisation attractif et appropriable permet de s’adapter et d’amplifier les différents rythmes naturels et humains.

Sébastien Daigle

Piéger les microclimats : une interface de médiation entre l’être humain de l’environnement
dir. Patrick Evans, codir. Carole Lévesque

Avec des écarts de plus de 60 degrés entre ses périodes les plus chaudes et les plus froides, le climat québécois réinvente continuellement l’environnement. Ce périple constant transforme de façon cyclique les besoins et les aspirations des individus évoluant sur le territoire. Le projet est une réflexion sur la manière dont l’espace habité adresse la notion d’atmosphère mouvante à l’échelle de l’année.

Christine Dalle-Vedove

Les stades fantômes d’Afrique du sud : état de l’usage post-événementiel et analyse de l’héritage laissé par quatre stades de la Coupe du monde de football 2010
dir. Anne-Marie Broudehoux

L’accueil de méga-événements sportifs comme la Coupe du monde de football de la FIFA et les Jeux olympiques génère la construction d’infrastructures sportives et urbaines. Les spécialistes ont ainsi, depuis les années 1960, attribué aux méga-événements le statut de catalyseur de développement urbain. Comme ces événements se succèdent sans répit tous les deux ans, plusieurs questions se posent : qu’advient-t-il de ces stades érigés dans le but unique d’accueillir l’événement? Quel est leur usage post-événementiel? Sont-ils rentabilisés par les villes hôtes? La problématique soulevée dans ce mémoire découle de ces questionnements et cible la période post-événementielle des stades. On y interroge la dichotomie entre l’éphémérité de l’événement et la durabilité des équipements sportifs construits pour l’occasion. Au-delà de l’usage post-événementiel qui en est fait, ce mémoire analyse la nature de l’héritage laissé par les stades aux villes candidates et évalue leur viabilité. L’hypothèse énoncée en introduction du mémoire stipule que la nature de l’héritage laissé par un stade dans un tel contexte serait provisoire, précaire et défavorable aux villes d’accueil, compromettant ainsi une viabilité à long terme des infrastructures sportives et urbaines à proximité. Dans le but d’affirmer ou d’infirmer cette hypothèse, quatre stades érigés en vue de la Coupe du monde de football 2010 en Afrique du Sud ont été sélectionnés : le stade Cape Town à Cape Town, le stade Nelson Mandela Bay à Port Élizabeth, le stade Mbombela à Nelspruit ainsi que le stade FNB à Johannesburg. La méthode d’analyse choisie pour l’étude consiste en une évaluation post-emménagement (POE) de ces quatre stades. On y examine de façon détaillée les étapes de la construction des stades à partir du dossier de candidature, le choix du site d’implantation, la présence ou l’absence d’une équipe sportive locataire les années suivants l’événement, la rentabilité économique des stades, le travail des équipes de gestion en place ainsi que le niveau de réalisation des projets urbains prévus en périphérie des stades. Le présent mémoire cherche à émettre des recommandations pour assurer un legs favorable aux villes candidates et ainsi, éviter la construction d’éléphants blancs lors des prochaines éditions de la Coupe du monde de la FIFA.

http://www.archipel.uqam.ca/8164/

Justin Lapointe

Sur la peloouse ou les infortunes de la vertu : regard critique sur l’espace-pelouse comme lieu identitaire de la banlieue
dir. Carole Lévesque

L’espace-pelouse est devenu au fil de l’histoire une des grandes marques de notre culture matérielle, au point d’être désormais une forme spatiale implicite au monde urbain et périurbain. Partout dans les banlieues nord-américaines, tant de gens mobilisent ainsi leur argent, leur temps libre, de l’eau et une panoplie de produits chimiques, pour se tailler une gloire au ras du sol. Cependant, l’espace-pelouse fait parfois l’objet de contestations se traduisant, dans certains lieux, par des alternatives concrètes. Celles-ci ouvrent la porte à de profondes reconceptions des lieux communs. Ce mémoire porte un regard critique sur l’espace-pelouse comme lieu identitaire de la banlieue. Il s’intéresse aussi aux possibilités qui s’offrent à cet espace, car peut-être est-ce précisément par son dépassement tangible, ayant des répercussions d’ordre symbolique, que l’on parviendra à se représenter explicitement les problèmes plus profonds que connaissent les banlieues.

http://www.archipel.uqam.ca/7789/

Suzanne Orbegozo

Les fleuves dans les régions urbanisées : régénérer nos paysages fluviaux
dir. Carole Lévesque

Les fleuves dans les régions urbanisées constituent une ressource intensément utilisée et souvent abusée. Les exigences économiques et sociales, sans compter le manque de culture environnementale, provoquent la déterioration des fleuves et des terres riveraines. Une revalorisation durable des fleuves une approche socioculturelle devrait participer à l’effort écologique. Le projet s’interresse particulièrement à la campagne Quinta Salas et au fleuve Chili dans la ville d’Arequipa au Pérou.

Jean-François Roy

Origami architectural : potentialité et limite du pli comme générateur de systèmes constructifs
dir. Patrick Evans

Cette recherche-conception en design de l’environnement vise à approfondir les mécanismes et les processus nécessaires pour développer de grandes formes tridimensionnelles à partir du pliage de matériaux en feuille. En créant simultanément une forme et une structure, les matériaux en feuille pliés peuvent fournir une certaine économie de matière tout en questionnant la nature de la conception de l’objet. Le pliage de matériaux en feuille, qui est une stratégie courante en design industriel, demeure plutôt limité dans son application à une échelle architecturale. L’hypothèse de recherche a été de tester les limites du pliage et de valider dans quelle mesure il est possible de transférer les mécanismes de pliage de type origami à de grandes applications architecturales. Suite à une analyse des différentes approches théoriques, nous passons à une série d’expérimentations matérielles qui cherchent à questionner ce changement d’échelle et à déterminer s’il y a une limite dimensionnelle à l’utilisation des principes de l’origami. Dans la tradition du Research by design, les travaux d’expérimentation et de recherche se sont appuyés l’un l’autre dans un cadre itératif. Dans le but de tester l’hypothèse de recherche, nous avons tenté, à travers plusieurs cycles d’expérimentation, d’articuler un système constructif pour lequel le pliage d’un unique matériau en feuille serait le moyen privilégié de construction.

http://www.archipel.uqam.ca/8255/

Atieh Ostadan Saffar

Concevoir pour soigner
dir. Börkur Bergmann, codir. Carole Lévesque

L’environnement porte sur nous une influence certaine. S’il peut parfois nous rendre malade, il peut aussi nous aider à se sentir mieux. Ce projet explore la possibilité d’un environnement médical qui puisse produire un effet apaisant, soignant, pour s’éloigner de la charge psychologique négative que peut représenter l’hôpital.

École de design

Reconnue pour son dynamisme, la qualité de son enseignement, son engagement dans la communauté et l’excellence de ses projets de recherche-création, l’École de design assure un encadrement exceptionnel pour les études de 2e cycle.

Suivez-nous

Coordonnées

Université du Québec à Montréal
École de design
1440 rue Sanguinet
Montréal (Québec) H2X 3X9